Journées Européennes du Patrimoine sept. 2019

Participation de l’Association de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Collège de Combrée

Les « JEP » sont pour certains synonyme de plaisir et de détente. Pour nous, c’est aussi l’occasion de rappeler l’existence d’un patrimoine menacé. La situation du collège est désastreuse et ce dans l’indifférence générale. Nous ne baissons pas les bras pour autant. Pour les JEP de cette année, dont le thème est « arts et divertissements », nous serons présents sur deux sites :

  • A 14h, départ de Pouancé, dans un circuit à travers Ombrée d’Anjou sur le thème du théâtre qui se terminera à 18h avec une saynète sur le théâtre de l’ancien collège au plan d’eau de Combrée et à 18h30 pour le concert de jazz du groupe Z Comme au même endroit. 
  • A partir de 14h, au château d’Armaillé, dit la Douve au Bourg D’Iré pour une vidéo de présentation du collège et de notre association. Cliquez ici pour voir le programme

Dans l’organisation du circuit autour des petits théâtres de la commune nouvelle d’Ombrée d’Anjou, nos membres se sont fortement impliqués : l’idée du circuit, que Michel Jayat a mis en espace et où il est  M. Loyal ; la création d’une maquette du théâtre du collège par Philippe Tijou et la  contribution financière à l’organisation du concert de jazz du dimanche soir, en partenariat avec Ombrée d’Anjou et l’Ecole de musique.

Au château d’Armaillé, dit la Douve au Bourg D’Iré, son propriétaire, René Walgraffe, originaire de Belgique a mis sa salle de cinéma à notre disposition  pour une vidéo de présentation du collège et de notre association. Nous serons là pour répondre à vos questions. Merci à René Walgraffe pour sa générosité et la vigoureuse défense de notre cause et à son ami Christophe Delire, réalisateur multimédia, qui a gracieusement accepté de faire le montage de cette vidéo.
Nous comptons sur votre soutien !
Au week-end prochain,

L’équipe de l’Association pour la Sauvegarde et la Mise en Valeur du Collège de Combrée.

Un exemple de collaboration harmonieuse à suivre: Carbay

L’école de Carbay dirigée par l’instituteur qui est aussi son maire vient de remporter le concours national: « 1,2,3 patrimoine » pour un travail de recherche historique qui leur a permis de gagner 6000 euros, somme qu’ils consacreront à la rénovation de l’église.

Après les déclarations de Danièle Sallenave  à la sortie de son dernier livre: »L’Églantine et le Muguet », (ed Gallimard) sur sa vision de l’Anjou....où  chaque village est écrasé sous la masse d’immenses églises sans style et sans goût. Ce n’est pas l’expression d’un peuple, c’est son oppression ( p 166), voici un geste de conciliation par le biais du Patrimoine auquel la population est attachée.

Le 30 juin prochain lors de la fête du Roy, le prix sera remis aux écoliers par une délégation de la Fondation du Patrimoine.Voir article dans la en cliquant ici.

________________________________

Dans les mêmes temps, un jeune Segréen, Jean Luard, publie un livre intitulé: « Alfred de Falloux et le Haut Anjou, 1811-1912 » où il  revisite Falloux, nom du personnage local qui eut son heure de gloire mais qui est désormais aussi celui du château qu’il fit construire et qui vient d’être merveilleusement restauré par David et William O’Neill. Nous reviendrons plus longuement sur cette publication dès que possible.

Inauguration le 7 Juillet prochain. Possibilité ce jour-là d’acheter sur place le livre. Voir article dans la en cliquant ici.

Pianos romantiques: Les 3 concerts de ce week end

PATRIMOINE ET MUSIQUE

PIANOS ROMANTIQUES EN ANJOU

Grand succès ce week end pour les 3 concerts privés mais ouverts au public dans la limite des places disponibles qui ont ravi les participants. Ils ont eu lieu au château des Hommeaux à Combrée et au château de Fallloux, ce dernier nouvellement restauré et qui sera officellement inauguré le 7 Juillet prochain.

L’évènement musical « Pianos romantiques en Anjou » de ce week end a suscité beaucoup d’enthousiasme parmi les personnes qui s’étaient inscrites pour y participer. L’initiative a été lancée par le pianiste parisien François Henry de l’association Pianomuses, désireux de refaire vivre sa collection de « pianos  historiques » dans le cadre intime de salons de châteaux, avec des instruments contemporains de la composition des œuvres. Localement, l’organisation de cet évènement a été portée par Geneviève Charbonneau, de l’ASMV Collège de Combrée et David O’Neil, propriétaire du château de Falloux.

Le premier concert, au château des Hommeaux à Combrée,  a proposé un voyage musical et poétique autour de l’écrivain Théophile Gautier, avec une sélection d’une vingtaine de mélodies françaises de compositeurs souvent méconnus, défendues avec maestria et sensibilité par la soprano Aurélie Ligerot, qui a déjà sillonné les scènes d’opéra nationales et internationales, et le toucher subtil  de François Henry, sur un piano français Erard de 1896.


Les concerts suivants, qui ont pris place dans le somptueux salon du château de Falloux, ont fait honneur à la musique de Chopin, portée par les pianistes Edoardo Torbianelli, l’un des principaux spécialistes internationaux du compositeur polonais, et Luca Montebugnolli

L’auditoire a été transporté, chez l’un comme chez l’autre, par un jeu tantôt d’une grande délicatesse, tantôt fougueux, qui ont permis de transcender la force dramatique et narrative des pièces solistes de Schubert et Chopin, ainsi que deux belles pièces à 4 mains très rares de Moscheles et Kalkbrenner. Le piano anglais Broadwood de 1842, fraichement restauré par Maurice Rousteau, a permis d’éclairer sous un nouveau jour l’univers sonore de ces pièces. Rejoints par le quatuor à cordes de l’ensemble Hexameron le dimanche, le miracle s’est produit à nouveau avec un programme copieux : le 2ème concerto de Chopin et le Konzerstuck de Weber en version de chambre, et un splendide quatuor de Ferdinand Ries.

Une petite suprise à la demande de William O’Neil a enchanté l’auditoire: le morceau composé par Auguste Collmann, maitre de Musique au collège de Combrée pour Loyde, la fille du fameux comte de Falloux et exécuté par Edoardo Torbianelli : »Souvenir du Bourg d’Iré » polonaise pour piano de 1866.

L’occasion était propice pour faire découvrir aux participants l’immense travail de restauration effectué par Willam et David O’Neil sur le château dont l’inauguration oficielle aura lieu le 7 juillet. Il sera possible, à cette occasion, d’acheter le livre qui vient de sortir: « Alfred de Falloux et le Haut-Anjou, 1811-1912 » écrit par Jean Luard, jeune étudiant qui a été chaleureusement applaudi par le public.