Bel Air de Combrée : les ardoisières

Projet proposé par Philippe Cayla, Président de l’association “l’Ardoise”. Son objectif est d’inclure Bel-Air dans un projet global sur le bassin minier Segréen : ”Sur les chemins de l’ardoise”.

Il s’agirait d’inclure Bel Air, sur le concept d’un géoparc, dans une structure au niveau du bassin minier segréen qui comprend les deux ressources minières des ardoisières et des mines de fer. Cette structure est déjà en gestation avec l’itinéraire:  » Sur les chemins de l’ardoise ». Bel Air a l’intérêt d’être une cité minière restée assez authentique et il faudrait la présenter comme telle dans la valorisation d’un patrimoine commun qui fédérerait ses différents lieux et respecterait les dynamiques associatives déjà existantes. Pour plus d’audience, il faudrait les élus, la DRAC, suivre les projets de Sauvegarde des sites, les réalisations comme la Mine Bleue (près de 30 000 visiteurs par an), un intersite, un centre de ressources car la communication dans le passé a été minimale et une liaison entre Angers/Trélazé, Renazé, La Pouêze, Bel Air de Combrée et Noyant, et une trentaine d’autres, plus petits comme St Michel et Chanveaux, dans une dimension régionale pour qu’ils soient portés par la Région Pays de Loire où existe maintenant un Pôle du Patrimoine.

Archivage et Conservation

Les archives municipales (recalibrées avec l’aide des archives départementales, un choix qui devrait être entériné par une délibération municipale) pourraient être organisées pour être un dépôt sauf pour les objets), où les familles pourraient apporter leurs archives mais il serait mieux d’avoir une structure intercommunale, une création patrimoniale. Il faut aller aux archives départementales où Bel Air est un très beau sujet pour son homogénéité par rapport à d’autres lieux. Avec les archives communales, il y aurait un service d’accompagnement pour accueillir en dépôt les enregistrements et un service de duplication de sauvegarde des cassettes son.

A Bel Air, il y a encore un bel exemple d’une cité industrielle minière qui a eu son autonomie par rapport à Combrée, rural. Existent une église, son cimetière, l’école, une ancienne gendarmerie, son dispensaire, des cités ouvrières, des espaces pour le sport avec des gens qui ont un désir de loisirs sportifs concomitants avec la création du bâti, un milieu de vie autrefois inféodée à l’entreprise.

 

 

0 thoughts on “Bel Air de Combrée : les ardoisières